Bouteille à la mer de Corée du sud et autres " Corée-âneries "...

16 octobre 2017

Jeju (pas Capri !), c'est fini...


Ah je sais bien que ça va laisser une tripotée de mes lecteurs chéris sur leurs fondements.
(Mettez donc un coussin dessous, ça fera moins mal !)

Ami lecteur, toi qui pensait comme beaucoup de coréens que Barbara était chevillée à son île de Jejudo telle l'abalone à l'île du même nom, tu te plantais grave.

Le 26 septembre dernier, moi, ma perle de mari et nos 95 kilos de bagages, on s'est donc envolé vers :
- Une nouvelle province
- Une nouvelle vie
- De nouveaux horizons et en gros, un nouveau tout.

Évidemment si on avait du quitter ça  :

Image result for google image jejudo free license

Pour ça :

 

Image result for google image ghetto seoul free license

Nous aurions été un chouïa contrariés.

Le fait est qu'on a fait le choix du Gangwondo.
En haut a gauche :


Image result for google image free license chiaksan gangneung

 

Et le Gangwondo ça ressemble plutôt à ça :

Image result for google image free license danyang korea

(Danyang)

Image result for google image free license pic seoraksan

(Parc national de Seoraksan)

Image result for google image free license chiaksan

(Parc national de Chiaksan)

Image result for google image free license gyeongpo pic

(Plage de Gyeongpo, Gangneung)

Image result for google image free license gangwondo national parc

(Parc national de Seoraksan)

Image result for google image free license gangneung pic

(Gangneung)

Changement total et radical de tout.
Après Jejudo, on ne pouvait pas faire plus opposé in Korea.
Et non c'est pas parce que les prochains JO d'hiver auront lieu tout près en 2018 !

Mais pourquoi ?
Après Jeju si belle, si exotique mais si tristement envahie par le consumérisme et les constructions touristiques devenues folles, envie de retrouver la Corée qui nous a ensorcelle il y a 10 ans. 

Important :

Attention je ne suis pas en train de dire que Jeju ne doit plus faire partie de votre découverte du pays.
Les paysages somptueux de cette île, sa richesse, sa culture, sa singularité, et le fait qu'elle fasse partie des 7 nouvelles merveilles du monde élues  en 2011 en font forcement un must.
Mais moi qui connaît ce bout de terre comme ma poche, avec le temps, j'y ai constaté des changements gros comme des camions.
8 ans de résidence ça laisse du temps pour s'apercevoir en gros que cette merveille insulaire, ce " para'île " est en train de se tirer une balle dans le pieds.
Il faut être résident pour voir les choses ainsi. Les voyageurs eux continueront à s'y pâmer de bonheur et c'est très bien comme ça.

Image result for google image free license pic wonju

(Wonju)

Alors la vraie Corée justement, c'est quoi pour moi ?, me demanderons mes petits lapins lecteurs, ceux qui sont en train de trépigner sur place...
C'est assez simple.
C'est la Corée du paradoxe mégalopoles futuristes et nature à profusion.
Et celui de la modernité et de l'attachement à ses traditions ancestrales.
Les pieds au moyen-âge et la tête dans le 3 ème millénaire, voila comment je définis souvent ce pays.
Et voila ce qui le rend si unique et attachant.

C'est la Corée des parcs nationaux donc, avec des paysages qui semblent  avoir raflé tous les prix de beauté à la naissance.
C'est une grande ville toujours à proximité pour un plein de shopping en tout genre.
C'est la Corée des rencontres magiques, des milles instants improbables où l'autoctone vous ouvrira son coeur en oubliant toujours de le refermer.
C'est la Corée qui vous fera pleurer en la quittant.

Image result for google image free license gangwondo korea

(Temple de Naksan, près de Sokcho)

Pour toutes ces raisons je ne serai plus guide à Jeju mais dans le Gangwondo, terre, parait-il, à plus forte concentration de sourires au mètre carré du pays.
Contrée de parcs nationaux, de villes côtières charmantes telle que Gangneung...
Et celle des marchés ou vous aurez envie de passer 3 jours. 

Le Gangwondo, c'est un cocktail montagnes, mer, lacs et villes si savamment dosé qu'on pourrait presque le faire figurer sur le drapeau du pays.
Et c'est ici que notre coeur a eu envie de se poser.

 

 

Posté par Sunhae à 08:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 août 2017

La photo qui tue numéro 25

Il y a les montantes.
Les molletonnées, les à froufrous, les sexy et les moches. Voir les très très moches.
Les kitch, les à motifs Hello Kitty, les en poils de lapin angora, les en poils de rien.
Bref la Corée est une terre de chaussettes.

Car on passe ici sa vie à enlever ses pompes des qu'on pénètre une maison, un temple, une école et même un cabinet de dentiste...
C'est la règle, en Corée la chaussette est reine. Et pas que d'un soir.
Le vrai carton.

Voici le dernier spécimen à la mode. 
Ah la rayure façon zèbre c'est déjà quelque chose, mais il y a plus. Beaucoup plus.
Entre les rayures il y a le voile tout fin spécial aération maximale pour chaleur torride et traité anti échauffement du peton ...
Du super high tec ! Mis au point par d'eminents chercheurs spécialisés " pieds qui puent ".

20170702_124946

 

Essayez donc de trouver l'équivalent au monoprix  !

Posté par Sunhae à 23:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 mai 2017

Quand se fannent les "Blooming Boy"…

 

Le fait que les coréennes gardent une peau lisse et jeune plus longtemps n'a rien d'un phénomène magique.
D'éminents travaux ont prouve que la peau asiatique ride moins et est moins soumise à l'affaissement général qui fait le bonheur (et les piscines de luxe) des chirurgiens plasticiens. Pourquoi ? parce que leur derme est plus épais ! et que donc les vicissitudes de l'erosion physiques mettent plus de temps à s'y inscrire.

Quelques microns de différence et voila le résultat, à âge égal, nous les pauvres occidentaloches on est des pommes reinettes passées au four juste bonnes à se botoxer les babines et à se faire des 6 heures d'aerobic semaine pour lutter contre la décrépitude de nos chairs qui foutent le camp.

Voila qui vous refoule le laideron européen en moins de deux ! Allez cou-couche la mocheté !

Face à des beautés étourdissantes telles que Gong Li (52 ans) et Michelle Yeo (55 ans), (fières toutes deux comme l'était Sophia Loren, de n'avoir eu aucun recours à la chirurgie ésthétique) avouez, on prend une claque à se dévisser la tête ! 

Gong Li et son regard à réveiller un cimetière :

        

Michelle Yeoh (qui est aussi danseuse)

   

Mais si la femme asiatique provoque une telle révolution endocrinienne dans certains cerveaux masculins et autres pantalons moulants, qu'en est-il de des hommes asiatiques pour leurs contemporaines occidentales ?

Un partout la balle au centre mon capitaine !

Un raz de marée. Combien de fois n'ai je pas rencontré de jeunes et moins jeunes françaises complètement raide dingue zinzin gaga du beau, et frais, et ferme, et jeune coréen.

Ici on les appelle les " blooming boy".
Enfin on les appelle c'est beaucoup dire. On les susurre, on les chuchote, la paupière à demie close et la moue enamourée..."
Aaaahhhh....les blooming boy"....

Ce qui veut dire, " les garcons en fleur ", excusez du peu.

Fleurs-magnolias-1

Pas une adjouma (femme d'âge mur), pas une demoiselle à mini jupette qui ne s'extasie point devant ces minois charmants, et au demeurant très féminisés.
Oui même les mamies épinglent leurs posters dans leur chambres, le monde à l'envers !
Si vous connaissez une amatrice de dramas coréens ou de K-pop, faite le test.
Prononcez les noms de :
Shinee, Rainbi, super junior, Won Bin, Choi Seong jo, SS501...
Il y a 9.75 chance sur 10 pour que la dite représentante du beau sexe se mette à soupirer avec des yeux de crapauds mort d'amour.

C'est pas de l'hypotension, c'est l'addiction au Blooming boy. Vous en tenez une.

Maintenant que le phénomène a déjà atteint tout le continent asiatique (le saviez vous, même au Bhoutan, les  hommes réclament tous à présent la coupe coréenne à leurs coiffeurs !!!), voila qu'il arrive à l'abordage de la Vieille Europe.

Évidemment ils sont décoratifs... 

2PM : Les fameux garçons de L'âpres-midi (Hahaha)

Il maestro Rainbi : 
Dont la phrase préférée est : " Efforts sans fin, endurance absolue et humilité infinie."
(Ma parole, c'est la réincarnation de Confucius !)

 

Lee Seung Ki
Là c'est l'emeute...
Un récent sondage international nous apprend que c'est le célibataire coréen dont on voudrait qu'il le restat le plus longtemps possible !

 

 
Mais moi que voulez vous, il y a 2, 3 bricolettes qui me gênent aux entournures.


Bricolette numéro 1 :

Il suffit d'ecouter leurs interviews pour s'apercevoir qu'ils récitent tous à la virgule-près le même discours pré-mâché : Ils remercient beaucoup, beaucoup, beaucoup leurs fans, ils vont travailler dur, dur, dur pour continuer à être autant aimé, ils vont partir au service militaire parce que cela fera d'eux des hommes forts, forts, forts et puis ils vont se marier parce que quand il auront trouve la femme de leur vie, la vie sera belle, belle, belle.
Pas une once d'originalité et encore moins de personnalité.
Et en avant le clonage !
Fabriqués à la chaîne comme des stylos bic, en purs produits marketing, missionnés pour réaliser de bons gros bénéfices bien juteux et si possible, encore plus florissants qu'eux.
Vous me direz en Europe c'est kif kif bouriquette, et ben non parce que les boites de prod coréennes se permettent en la matiere d'aller beaucoup plus loin dans l'irrespect voir la négation de ce qu'est l'individu starifié.
Les pauvres mignons ne s'appartiennent plus, ce qu'ils mangent, ce qu'il portent, ce qu'ils disent, qui ils fréquentent et même le dentifrice qu'ils utilisent tous les matins est décidé par leur boite de prod.
Ca fait partie du contrat signé, youp la la ya de la joie !

Bricolette numéro 2 :

Le résultat de La bricolette numéro 1 nous amène directo à la bricolette numéro 2 :
L'effarant taux de suicide de ces splendides Don Juan.

Ahn Jae-hwa, 36 ans le 08/09/08

Kim Jim Hoo, 23 ans le 06/10/08

Park Yong Ha 32 ans, le 30/06/10

Chae Dong Ha, 30 ans,27/05/11

Han Caiyuan, 31 ans, le 25/08/11

Tous étaient en état de dépression due à la pression de leur métier et souffraient de solitude.

Il semblerait que dans le monde rose bonbon des " blooming boy ", le moral se fane grave avant tout le reste.
Trop de pression, trop de fatigue, trop d'obligations, l'impression d'être pris au piège.
Un mal être extrême et surtout camouflé comme on peut, comme le veut encore trop souvent la bienséance coréenne.

Un jour la cocotte minute explose, alors on saute par la ffenêtre, on se jette sur une rame ou on s'envoie 35 cachets d'hypnotiques sans eau.
Et que dire de la pendaison qui a fait récemment un grand retour en force.

Alors, de plus en plus éphémère la floraison ?

Bricolette numéro 3 :

Depuis l'apparition de ces bloomers, TOUS LES AUTRES ARTISTES n'on plus droit ni au chapitre, ni à l'antenne.

C'est encore un coup de ces bonne vieilles boites de prod et autres big majors qui ont acheté tous les espaces médiatiques a grand coup de millions pour y placer leur poulains prêts à consommer.

Si le phénomène se limitait à faire vibrer la gaminette de 14 ans comme un shaker, on en ferait pas tout un plat.
A mon époque on a bien eu les "2 be free" (très proches des " Blooming boy" quand a la teneur intellectuelle de leurs chansons), et on est pas devenus plus couillons pour autant.
Faut dire, on revient de loin.

Le souci c'est que le " Bloomage " ne respecte pas les règles du jeu.
Il vire tout le reste.
On pourrait croire que je leur en veux à ces petits gars, mais non, c'est sur le star système qui les a engendré que je vomis.
Le physique est déjà là mais si on leur laissait les coudées libres, je suis certaine que nous assisterions à une vraie éclosion de talents et de personnalité. La déprime en moins.
Et m'est avis que ça gâcherait pas le spectacle.

 

Posté par Sunhae à 03:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 avril 2017

My cup of (korean) tea...

 

En Corée, entre deux verres de soju, on boit du thé. Beaucoup de thé.
Mais parce que earl grey, assan et darjeeling ça ne serait pas assez asiatique et que le thé au jasmin, ça serait très très banal, on " théifie " à peu près tout ce qui bouge.
Oui si on pouvait faire du thé à base de pneu ou de vos chaussettes, ça se ferait sûrement en Corée.

Commençons par les surprenants thés à look de confiture.

 Miwami Co., Ltd. 

 
De la confiote exotique pour vos tartines ? Et ben non, d'authentique thés traditionnels au citrus, au gingembre et aux jujubes. 
On dilue une cuillère de la ragougnasse dans de l'eau chaude, ou froide (comme un ice tea) et hop hop hop. le tour est dans le pot... de thé.

A l'attention des grand-mères qui commenceraient à s'emmêler les pinceaux, ci-dessous le mode d'emploi avec la star, le thé au citrus ou Yuja en coréen :
(Un délice total, froid, chaud, sur du pain ou dans les crêpes).

File:Korean tea-Yujacha-05.jpg

(Crédit : Footos van Robin)

Pour être sur de bien noyer le poisson, voici maintenant le thé vert malin. Celui qui se déguise en confiture.
Et ça oui c'est de la vraie confiture au thé. Et c'est bon.
(A ne pas montrer à tous les yeux de grands-mères dont la sensibilité pourrait être heurtée).

[OSULLOC] Green Tea Milk Spread Jam 200g Korea Jeju Green Tea 

(Crédit photo : Osulloc)

Bon vous pouvez rassurer mamie, le thé vert normal c'est très populaire aussi.

Enfin, les basiques from the supermarket.

Celui aux chrysanthèmes. Idéal lors lors d'une veillée funèbre.
Goût : très proche de la chamomille.

20170410_120340

Celui au dandelion, vous connaissez ?
Ah la bonne blague le premier qui me dit oui je lui envoie une caisse de soju !

Goût : joker

20170410_120143

Celui aux " fleurs-ballon ", très romantique.
Goût : intéressant

20170410_120131

Celui au maïs rouge, Attention la couleur est trompeuse. C'est pas des fruits rouges.
Goût : Je suis affirmative, c'est pas bon.

 20170410_120046

Celui au suk, une sorte de pissenlit parce que le bonheur est dans le pré.
Goût : approximativement aucun. Mais tout est dans l'approximatif. La papille coréenne doit être plus développée que la mienne.

20170410_120009

Celui aux fleurs des champs... Ben au point ou on en est...
Vous pouvez être surs que même la reine d'Angleterre herself elle en boit pas du comme ça.
Goût : Et elle a raison.

20170410_120250

Et pour finir mon chouchou, celui à l'oignon.
La simple idée que dans ce pays des gens puissent se demander :
" Vous reprendrez bien une tasse de thé à l'oignon ?",  c'est quand même poilant.
Goût : La Corée est une terre d'expérience...

20170410_120209

 

Allez foncez, vous pouvez maintenant aller vous faire un Lipton citron... 

 

Posté par Sunhae à 05:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

08 mars 2017

Après la Papouasie...


De retour sous le 33 eme parallèle.dans mon petit Jeju.

Après ce trip EX-TRA-OR-DI-NAI-RE !

Pour ceux que ça intéresse, je me suis frappée un compte-rendu d'anthologie avec moultes photos et émotions maximales.
Je n'ai jamais fait un voyage aussi riche sur le plan humain. Et sur le plan tout d'ailleurs.
Le corps est revenu. Pas le coeur.
A zieuter dans la colonne de droite ici présentement.
Catégorie : " Mes autres bouteilles du bout de monde ", Papouasie.

Ça vous fera des vacances entre deux Corée-âneries.
Ou quand un monde  fabuleux s'invite sur la bouteille...

Pour les autres, les flemassons et histoire de leur donner envie de le lire !!! :
Voici la conclusion de ce compte-rendu :

20170216_115127-1

Ah peuple papou...

Avec vous j'ai ri beaucoup, j'ai eu peur parfois.
j'ai rêvé souvent, je me suis émerveillée, j'a nagé et j'ai enseigné.
Je me suis extasiée sur la vie. Toutes les formes de vie.
J'ai pleuré aussi, à la fin.

J'ai appris que le vol d'un oiseau libre, le passage d'un dauphin ou le rire d'un enfant de chez vous avait mille fois plus d'importance que tout ce qui compose souvent nos petites vies mesquines d'occidentaux qui s'ennuient.
Nos jérémiades, nos soi-disants soucis. Nos factures, nos élections, nos voitures à aller chercher au garage et nos pannes de wifi.
Quelle farce quant on y pense.

20170217_065852

J'ai appris qu'il existait encore des hommes qui malgré l'adversité, l'isolement et l'abandon dont ils sont victimes, avait encore comme le disait Celine,
" Assez de musique dans le coeur pour faire danser leurs vies".

J'ai été subjuguée par votre capacité à aimer, à rire, et par dessus tout, à poser sur toutes choses un regard d'enfant qui bouleverse.
A accepter votre sort, la douleur, l'injustice et la mort aussi.

Nous les modernes, les super-puissants, les nantis comparés à vous, petits hommes du bout du monde qui en apparence ont si peu, nous n'avons plus assez de cette musique dans le corps.

Nous ne sommes même pas conscients que vous êtes infiniment plus riches, plus instruits et plus évolués que nous pour qui la destruction de notre planète et de nos semblables semble être devenu un sport addictif.
Vous êtes riches de tout ce que vous aimez et respectez.. 
Vous êtes riches de la vie au sens large puisque le seul rôle que vous semblez vous imposer est de la protéger 

Mes mots de la fin ? et si ils tenaient finalement en 15 lettres seulement :
Oui je reviendrai.

20170223_143552_HDR

 

 

Posté par Sunhae à 11:01 - Commentaires [1] - Permalien [#]


08 février 2017

La Bouteille fait une pause...

 

Jusqu'au 1 mars 2017 !

Pour cause de voyage en Papouasie occidentale.

De retour de chez les papous, promis elle reprendra son cours normal.

 

Bises,

Barbara

Posté par Sunhae à 12:12 - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 janvier 2017

(Saleté) d'année du coq de feu...

 

Alors voilà on y peut rien, depuis le 28 janvier 2017, nous sommes entrés dans l'année du coq de feu.

Remarquez que c'est sympa comme animal le coq. C'est beau, ça se lève tôt et selon l'astrologie chinoise c'est le signe des travailleurs, des généreux, de l'honnêteté et des personnes dignes de confiance. Bref le signe des gens populaires par excellence.
Cool. Car au passage c'est justement mon signe.
Bon ok c'est aussi (un petit peu) le signe des vantards et des susceptibles. Mais n'ergotons pas avec le coq.

 

Image result for l'année du coq 2017


Tout ça c'est bien mignon sauf que se dire que parce que l'on est coq, 2017 va ressembler à une promenade d'agrément bordée de roses en fleurs c'est se mettre l'ergot dans l'oeil jusqu'au cuissot (de volaille), dixit les grands sages chinois.

Elle est même particulièrement néfaste pour les coqs justement cette année, qu'ils soient de feu, de terre, de bois, d'eau ou d'or parce que oui il y en a plusieurs !
Tellement néfaste que pour eux, (et pour moi par la même occasion), elle promet la pire concentration de malchance tous azimuts sur un cycle de 12 ans...Charmant non ? 
Et pan dans le bec pour toutes les cocottes et les coquelets qui frétillaient déjà des plumes arrières.

Mais d'abord, qui c'est-y qui va s'en manger plein la crête cette année avec moi jusqu'au 15 février 2018 ?
Les coqs sont les malchanceux qui sont nés en 1933 1945 1957 1969 1981 1993 2005 2017 (les prochains naîtrons en 2027).

Dans cette basse cour, voici au passage, et selon les astrologues chinois, les traits de personnalités des différents volatiles déterminés par leur élément.

   
Coq de bois 1945, 2005 énergique, trop sûr de soi, tendre, instable
Coq de feu 1957, 2017 digne de confiance, responsable et gardien du temps.
Coq de Terre 1909, 1969 charmant, généreux, digne de confiance, populaire
Coq d’or 1921, 1981 déterminé, courageux, persévérant, travailleur acharné
Coq d’eau 1933, 1993 intelligent, vif d’esprit, cœur tendre et compatissant

Alors donc pour nous, symboles de l'animal national gaulois, 2017 c'est l'hécatombe.
Problèmes de couple, difficultés familiales, tensions dans la sphère privée, perte d'emploi possible, ruine financière...
(N'en jetez plus ! sinon on va tous allez se pendre sur notre tas de fumier après avoir avalé un kilo de gravier empoisonné...) 

Image result for l'année du coq 2017


Ah drôle d'année quand même que cette année du plumitif de feu.
Mais c'est pas tout, De façon générale, et cette fois c'est toute la ménagerie de l'astrologie chinoise qui est concernée, oui même toi le joli rat et la mignonne chèvre qui te croyait bien planquée, voilà ce que nous augure cette putain d'année du coq de feu.

Vous allez voir, c'est de la logique pure à la chinoise.

Cette année coq de feu est donc placée sous l'énergie céleste du feu.
Donc 2017 risque d'être " chaude, explosive " (feu = force = colère  = combat =  yang), jusque là on suit.
Mais aussi " froide et coupante " comme du métal a cause du contre-poids yin (yin = = Froid = immobilité = faiblesse = douceur).  
Rappelez-vous, chez les chinois, pas d'énergie yang sans énergie yin et inversement.

Là où ça se corse pour nos matricules à plumes ou pas, c'est qu'une année de feu, ça a besoin de combustible.Et plus spécialement de l'élément " bois" comme combustible.

Or l'élément " bois " sur les 5 existants, c'est celui de la frustration pour les chinois !

Vous captez toujours rien ? Disons-le autrement :
Le bois s'enflamme au contact du feu et vice et versa comme la frustration s'enflamme au contact de la force et du combat et vice et versa. 
Alors vous commencez à saisir le topo ?
D'un côté force, colère et combat. De l'autre frustration.
Et ce dans tous les domaines (santé, politique, société, conflits planétaires), bref dans le pire scénario, une année pleine à rabord de conflits et de discorde.
Avouez que ça remonte le moral hein ??? 

Image result for l'année du coq 2017

Ah drôle d'année quand même que cette année du plumitif de feu.
Bon ya quand même un truc pas trop mal, c'est qu'une année du coq de feu, ça n'arrive que tous les 60 ans.
Donc le 15 février 2018, on sera peinards pour un bout de temps !

 

   
     
     
     
     

 

 

Posté par Sunhae à 08:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2016

" C'est quoi donc " numéro 5 : the réponse !

 

 

Bravo à Audrey du Calvados (ah un bon calva, ah un bon Pont-lévêque...)
qui en cette chose peu commune :

20161027_155854


A su voir exactement ce que c'est :

Un sac à dos pour chien !!!!

Yes my dear, they can. Trop forts les lecteurs de la Bouteille.

 

 

Posté par Sunhae à 07:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 novembre 2016

C'est quoi donc ? (numéro 5)

 

Allez hop c'est parti, un nouveau " C'est quoi donc ? " que vous m'en direz des nouvelles.

Comme d'hab une surprise envoyée au premier qui trouve ! (Réponses via " Contactez l'auteur " please !)

Indice :  l'objet mesure 15 cms de haut, qu'est ce que c'est ?

20161027_155823

 

 

Hein c'est quoi ?

Posté par Sunhae à 10:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 septembre 2016

La " gaytitude " en progrès...lents.

 

Enfin.

On pourra dire que ça s'est fait attendre. Même que beaucoup n'y croyaient plus.
Voila t-y pas que question homosexualité, certains artistes, présentateurs, intellos de tous poils commencent salement à secouer le bananier.
C'est qu'il en faut déjà beaucoup du courage pour se positionner " non contre " à défaut de s'avouer "complètement pour" dans ce pays.

Image result for k will

Certes, en Corée on ne se trouve pas (dans les bien tristes 72 pays de la planète qui continuent de punir de prison, de torture ou de peine de mort les homos et les bis.
Aucune interdiction légale n'ayant jamais existé ici. Mais que faire contre les croyances populaires d'un autre temps, l'inertie, la bêtise, le manque d'humanité et les stéréotypes plus accrochés à certains cerveaux qu'une tique à son chien ? .
Tout ce bon gros cocktail bien vaseux, alimenté par une bonne grosse dose d'ignorance qui fait penser à une proportion inquiétante de coréens que la chose est sale, pathologique, honteuse, j'en passe des pires et des pas meilleures. Plus exactement 77 % d'entre-eux suivant un récent sondage !...

Le présentateur Hong Seok-Jeon, après un immense succès, a plongé dans l'alcoolisme après son coming out, ne supportant pas le violent rejet de tous ses proches, l'annulation de tous ses contrats professionnels et les menaces de mort quotidienne. A refait surface depuis...

Image result for hong seok jeon

C'est qu'il y a eu des antécédents médiatiques. Des valeureux tentèrent bien d'ouvrir la voie il y a quelques années. Pour se retrouver assez rapidement dans le 7 ème tiroir de l'arrière salle au fond à droite de la succursale de leur major de promotion le lendemain. De star ils passèrent à renégats total, gommés, oubliés, zéros, intolérables exemples pour leurs fans, hou hou, honte à eux. Plus efficace question dégringolade que si on avait appris qu'ils coupaient régulièrement leurs petites amies en morceaux pour les faire bouffer à leur chien !
Le présentateur vedette Hong Seok-Jeon a déclaré : " Avouer mon homosexualité a été comme de marcher sur une bombe. Plus personne n'a voulu m'appeler ou me voir à partir du lendemain. J'ai réalisé que toutes ces années de travail et d'efforts étaient réduites en cendre par mes quelques mots. On m'a subitement détesté après m'avoir adulè pendant des années.".

Le fait est que quand on était un " people" en Corée, avouer ces moeurs-là publiquement, jusqu'à une paire d'annèe seulement, ça correspondait à peu près sur l'echelle du risque à plonger du sommet de l'Everest sans parachute, Et le héros du jour finissait bien souvent comme sa carrière : écrabouillé en un temps record.

L'acteur Kim Ji-Hoo, lui, s'est pendu à 23 ans après son coming out en 2008 en laissant ces quelques mots : " Je suis trop seul et ma vie est trop pénible. Incinérez-moi."

Consternant, non ?

Et je vous cause même pas (mais je vais le faire quand même), des supers neuneus, genre fanatiques des pseudo valeurs de crétins chrétiens qui s'unirent alors en association spécialisées dans les actions coup de poing. Ces saletés n'ont pas fait dans la dentelle. Incendiant les studios des artistes, et les submergeant d'insultes, de menaces de mort et d'agressions diverses. Certaines de ces raclures peuvent même se vanter d'en avoir mener certains tout droit au suicide.Soyons clairs, je n'ai rien contre les chrétiens ni contre tous les croyants. Mais les fanatiques me débectent. Particulièrement ceux qui nuisent aux autres en faisant constament reculer le scmilblic aul lieu de le faire avancer. Et puis on est forcèment pas chrétiens quand on a autant de haine dans le coeur.

Mais ça c'était avant. Parce que maintenant même les crétins chrétiens ne peuvent plus rien y faire. Le mouvement de tolérance est en marche.
Of course il ya a encore du boulot et on ne peut pas dire que les participants de la gaypride seoulite risque l'ètouffement dans la foule (à 150 ils auraient du mal !), mais la question s'infiltre peu à peu la ou on ne l'attendait pas.

Ainsi l'air de rien, voici le genre de vidéo qui aurait été impensable récemment.

La chanson a eu du succès. Je ne suis pas fan du chanteur ni de la mélodie terriblement ressemblantes aux habituelles guimauves roucoulantes dont le star systeme coréen a le secret. Mais je suis admirative de la démarche car j'en soupèse les risques. Donc le courage.
Voila un petit gars qui en a. Et peu importe qu'il s'en serve avec des dames ou avec des messieurs ! (J'ai pas pu m'empecher...)

Enfin je vous mets au défi de deviner la scène finale. Tout le succès de la vidéo vient d'ailleurs de cet effet de big surprise.

ici :

케이윌 (K.will) - 이러지마 제발 (Please don't...) Music Video HD

Pour finir et parce que beaucoup d 'intéressés, futurs voyageurs, me posent souvent la question :

Non la Corée c'est pas San Francisco ni Bangkok,.
Je veux dire par là que ceux qui sont habitués aux lichouilles, bisouilles, calinouilles en public seront bien inspirés de la mettre en veilleuse en Corée.
Ces gestes peuvent provoquer gène et mépris dans l'espace public,
Les moeurs évoluent mais le moins qu'on puisse dire c'est elles n'ont pas de turbos aux fesses....
Il existe par contre à Seoul une ruelle dans le quartier d'Itaewon (gay alley) où vous trouverez restaurants, bars et boites gays. Les lieux sont safe, l'ambiance est accueillante et décontractée tant pour les coréens que pour les étrangers gays (hommes et femmes).

Amities à tous les rainbow people !

Posté par Sunhae à 11:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]