Bouteille à la mer de Corée du sud et autres " Corée-âneries "...

10 août 2016

Comme des otaries en chaleur (pardon, ça m'a échappée !)

 

En temps normal, la Corée au mois d'août les connaisseurs l'avaient noté, c'est déjà pas la banquise, 

Mais cette année comme dit mon épicière, c'est le pompon question celsius,
3 semaines qu'on s'en prend plein le museau. Si ça continue on va tous se transformer en flaques tellement on transpire.
Hors de la clim point de salut ! (je salue la mienne au passage à qui je fais une grosse bise sur le ventilo).

Bon, côté business, il fallut s'adapter. 
Imaginez un restau moyen avec ses 10 barbecues de table qui tournent à plein régime dans le même espace clos et canicule à l'extérieur !  hein vous m'avez compris.
De quoi provoquer la syndication de tous les climatiseurs du pays et la grève massive des ventilateurs.

Voici donc le nouveau concept :

20160730_170452

Le restau de rivière !!! Les papattes dans le torrent glacé, vautrés sur des plateformes comme des otaries au ras de l'eau, sous un pont (pas très joli il est vrai mais ça fait de l'ombre !), ah qu'on est bien ! Et quand on a trop chaud, un petit plouf intégral dans une eau à 13 degrés.

En plus le plat unique de la maison est bon. Poule au pot farcie au ginseng et aux jujubes !

20160730_170544

Il fallait juste y penser.

 

Important et de dernière minute :

Et puis tiens pendant que j'y suis, grande nouvelle, la bouteille s'offre une pause estivale à compter de vendredi 12 août 2016.
Retour prévu après mon gavage annuel sur le vieux continent le 3 septembre 2016.
Je signale aux " bouteille-addict " qu'ils ont exactement 174 articles antérieurs à relire en cas de crise de manque aiguë ! Si ça marche pas, tentez le bromure.
 

 

Posté par sunhae à 11:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 juin 2016

La glace coréenne qui soigne (sois-disant) la gueule de bois

 
Amis du glou-glou ravageur bonjour !


Alcolos notoires, poivrots du week-end, arsouilles du lundi, voir du mardi, ou du mercredi, ou du jeudi, ou du vendredi, vous n'avez plus de soucis à vous faire.
Même dans vos rêves les plus fous, vous ne l'aurriez pas espéré et pourtant la Corée l'a fait.

Voici donc Mesdames et Messieurs la glace qui enlève les symptômes si peu rigolos de la bonne vieille cuite, 
Faut dire, qui a connu cet état ou l'on se traîne comme une serpillière, avec la tronche comme un cabanon et cette sensation cruelle d'avoir une balle de métal qui fait des zig-zags entre vos 2 hémisphères en conviendra avec moi. Non ce n'est pas rigolo.

(Crédit photo : Mcetv)

De source sure, on se l'arrache à Seoul. Et pour cause...
Les sud-coreens boivent plus de 12 litres d’alcool par an, c’est le chiffre le plus élevé en Asie. Ils vident 14 verres de spiritueux par semaine, soit deux fois plus que les Russes !
Alors forcément question gueule de bois ici on sait de quoi on cause, et cette couillonnerie ça fait plaisir d'y croire. 

Tout est affaire de marketing et Dieu sait si dans ce domaine on peut nous prendre pour des gros pigeons sans cerveau.
Et c'est exactement ce que les concepteurs de la glace " Tiens le coup " (traduction littérale) ont fait.

Pour ceux qui seraient tenté par l'essai et parce que ça va pas être commode de vous la procurer en France celle-la, il vous reste à la fabriquer vous même en utilisant les mêmes ingrédients, conservateurs et colorants en moins of course mais ça on s'en fout car ils servent à rien pour le remède magique.

" The " Recette donc :
50 % de jus de pamplemousse rose + 50 % de jus de raisinier de chine (le principe actif !cherchez sur Internet, ça se trouve).
Vous faites des glaçons avec le mélange et le tour est joué.

(Crédit photo : Creapills)

Simple non ? ben oui simple comme une grosse arnaque. Car évidemment l'efficacite du jus de raisinier contre les intoxications n'a jamais été prouvé scientifiquement chez l'homme (elle a été évoqué une seule fois pour le rat, " journal of neuroscience", 2012)

Et surtout bonjour l'effet pervers car le message est clair. Avec ça on est parés pour picoler comme des trous, demain il n'y paraîtra rien.
Exactement ce qu'il fallait dans un pays ou l'alcool est un fléau national pour rendre les choses encore plus catastrophiques...

Déconcertant parfois ce pays...

 

Posté par sunhae à 09:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mai 2016

Chujado, ces îles qui se foutent du jackpot touristique...

Dans la province coréenne de Jejudo, il est un archipel de 42 îles qui passe pour être un OVNI.

Et nous les OVNI quand on voyage on adore ça. Alors en ce début mai 2016, nous y sommes allé et avons mené l'enquête.

Les 4 îles habitées de l'archipel de Chujado, bien qu'administrativement rattachées à Jeju comme le reste de l'archipel par référendum, revendiquent leur dissidence en refusant de pied ferme la manne du tourisme de masse. Autrement dit, dans la même province, ces îles, plus têtues qu'un mulet corse, font joyeusement bande à part dans le concert des voisines qui, il faut le dire ont pas mal cédé ces derniers temps aux charmes de la fée tiroir-caisse et des grands projets immobiliers bien juteux,

(Crédit photo : Jeju weekly)

Résultat : ici pas de musée de Winnie l'ourson ou de banana boat lancé à fond de train pour amuser la jeunesse comme à Jeju (étant donné la beauté de Jeju, on se demande bien pourquoi on a estimé utile la présence de cette foire pour rendre les lieux encore plus attractifs...).
Mais une fréquentation essentiellement coréenne et une splendide fenêtre sur une Corée d'avant : rurale et généreuse à l'extrême.
Celle où chaque habitant vient spontanément vous parler le sourire au museau, où le chauffeur de bus à Chujado (que l'on arrête n'importe ou comme un taxi !!!) vous dépose à la porte de votre hôtel, craignant que le benêt d'etranger que vous êtes ne le trouve pas tout seul. Celle où la restauratrice est en même temps bien souvent la pêcheuse, ou l'éleveuse de ce qu'elle vous fourre dans l'assiette.
Celle enfin où l'on a estimé que randonner, se baigner, faire la sieste, pêcher, éventuellement plonger et bien manger devait amplement suffire au bonheur du clampin de passage.

20160506_141440

Bref tu l'auras compris, toi le nignt clubber, le shopping addict et le méga fan de k-pop et autres activités de Disney land, tu peux carrément mettre les voiles de ce petit paradis. Car ce n'est pas un paradis fait pour toi.

Par contre toi le Nature lover avec un grand N comme non à l'exagération mercantile, tu peux déjà préparer ta tente, ton tipi, ton bivouac, ton hamac.
On a cherché et je peux l'affirmer, pas même un magasin de souvenirs ou de carte postales en vue à Chujado !
Tu m'en diras des nouvelles, foi de tatie Barbara, au rayon nature vierge et protégée, tu vas avoir ta dose.

20160505_144340

A 1 heure de bateau seulement de Jeju, soit 18 euros A/R par personne, laissez moi d'abord vous dire mes petits lapins que question dépaysement par rapport à Jeju, on en a eu pour nos wons.
Les montagnes et collines verdoyantes rappellent fortement la péninsule. Rien de volcanique ni de tout ce qui fait les paysages de Jeju.
Les 2 îles principales de ce bijou rebelle, Sangchujado (au nord) et Hachujado (au sud) sont reliées par un pont. Chacune possède un petit port qui offre les seuls voies d'accès par bateau à l'archipel.

Jeudi 5 mais, vers 10h30 nous arrivons au port de Sangchujado qui est en même temps un village de pêcheurs.
Le temps est brumeux, ce qui ajoute un peu de mystère aux lieux...

20160506_114223

20160506_122848

Un coup d'eil aux environs et on réalise qu'on est pas précisément dans le port de Chicago. En dehors de l'autre village portuaire de Hachujado au sud (qui n'est pas non plus la baie de Hong Kong), et de 3 ou 4 autres hameaux disséminés sur les 2 îles, c'est forêts, sommets, falaises, et criques à perte de vue.
Et RIEN d'autre.
Le bonheur.

Sitôt installés dans notre petite pension (30 euros/nuit, accueil top of the top)), allez hop, repas de midi chez l'otoctone.
Au menu : fantastique galbitang (soupe de cote de boeuf) et ses innombrables banchan (plats d'accompagnement servis à volonté),
Le tout pour 5 euros par personne.
Mamie-tenancière est (très) fière de nous dire tout ce qui vient de son île et de nous montrer toutes les algues (pêchées par elle-même) qu'elle a délicieusement cuisiné avec des vinaigres de fruit et des tonnes de sésame. Les oeufs de caille sauce soja sont extras, les radis râpés au gingembre frais, inoubliables. Les pajeons (sorte de crêpes farcies aux oignons de printemps), d'anthologie.

20160505_111713

Bon, pour cette première après-midi, nous attaquons le chemin de randonnée olle local, le 18-1 (olle = randonnées pédestres très célèbres en Corée).
Décrit comme le plus dur de tous, il parcourt les 2 îles sur 18.200 Kms en alternant parcours côtier et ascension aux différents sommets.

Les stakhanovistes coréens de la grimpette font généralement cet olle sur une seule journée. Équipés comme pour l'Anapurna, on a vu débouler un wagon au débarquement du ferry avec nous, tous prêts à braver la nature sauvaaaaaaage  de Chujado, armés de GPS et de piolets.
(Si un jour ceux-la font l'Everest, c'est accompagnés d'un hélico de bouffe et de couvertures de survie qu'ils feront l'ascension !)

20160505_114456

Nous, on décide faire plus sobre. Et sur 2 jours parce que hein, 18.2 kms en une demie journée, en dehors de se booster le coeur et les mollets aux stéroïdes, ça nous paraissait pas indiqué pour notre cas. Ce sera donc d'abord île du sud pour ce premier jour. Soit 12 kms.

20160505_130820_1

20160505_160122

20160506_095716

20160505_154729

20160505_125935

Retour à l'hôtel pour une douche à s'endormir dessous tellement on l'a apprécié celle-là.

C'est pas le tout mais il faut maintenant penser à remettre du fuel dans la machine. On retourne donc à la même crémerie qu'à midi.

20160506_101641

Barbecue de porc comme on les aime, une viande fondante de grande qualité toujours servis avec le même enthousiasme par mamie-tartine qui ne nous lâche pas ni des semelles ni des yeux...
Et que je te coupe ta viande, et que je te dis quand c'est cuit et que je cours remplir les coupelles qui se vident. Très proche de l'explosion ventrale, on lui dit qu'on aimerait bien avoir plusieurs estomacs pour continuer à avaler tout cas mais la vraiment, on en peut plus.
Mais mamie Tartine est têtue comme tous ceux de son île. Elle fait la sourde et continue le remplissage. Une vraie maman fière de gaver ses marmots !
Sa petite affaire est bondée avec d'autres marcheurs et on ne se demande pas pourquoi.
Prix : 9 euros/pers

20160505_182433

On se finit la bouteille de soju à nous deux sans s'en rendre compte, ce qui est rare, puis on rampe jusqu'à notre lit heureusement en ondol (au sol). ce qui tombe bien car je crois qu'on aurait pas eu la force d'enjamber un vrai lit !

Au réveil, c'est ballade sur le port-village a la rencontre des plus gentils insulaire qui soit. Nous sommes apparemment  les 2 seuls occidentaux sur l'île, depuis notre arrivée nous n'en avons vu aucun autre, alors on nous bichonne.
Mr le gendarme nous explique le système bus des lieux, Mr l'employe de mairie me montre les toilettes publiques en cas de besoin, on tape la causette avec une mamie qui tressent des cordes marines puis avec de vieux pêchers qui nous font penser au Capitaine Hadock en plus asiatique., Un couple qui vient d'ouvrir une guest house face à la mer me fait visiter son établissement.

Partout la même gentillesse naturelle, le même accueil. Notre coréen les enchantent, ils adorent nos accents étrangers.

Puis on prend le bus local qui nous permet en 45 mns et pour 0.80 euro de faire le tour intégral des 2 îles sur sa ligne unique.
Une brume s'est levée. On ne voit presque plus la mer mais c'est chouette quand même de se faire tracter comme des boeufs.,, à 40 kms/heure.

20160505_123408_1

Le driver s'etonne de ne jamais nous voir descendre, ils nous croit perdus. Il n'y a plus que nous dans son bus,
On lui explique qu'on souhaite revenir au point de départ. Il comprend alors qu'on fait une sorte de city-rama, il nous fait le guide.
Nous fait faire une pause dans un village et nous offre même un café !

Retour au point de départ pour un mini repas sur un banc face au port.
Et puis c'est parti pour la  re-grimpette. Au programme, l'île du nord avec ses 6.2 petits kilomètres restant à parcourir..

Une formalité ! Je sais pas si c'est le barbecue de la veille mais on a le mollet fringant aujourd'hui.
On termine vers 11 h.

20160506_135603

20160506_135232

20160506_135345

Sieste sous un pavillon de bois.
Récupération de notre sac laissée à la pension puis retour en ferry à 16h30. 

Conclusion :

Par dessus tout, impérativement, obligatoirement, si vous envisagez un séjour en Corée du sud, allez au moins une fois dans l'un de ces lieux paumés, rarement évoqués dans les guides.
La vraie Corée, son âme toute entière est ici.
Vous y rencontrerez une des plus grande concentration de gentillesse au mètre carré qui soit.
Et des habitants qui certes, s'ils voient rarement l'étranger savent lorsqu'ils le croise, lui ouvrir son coeur en moins de temps qu'il ne lui en faut pour battre des cils.
Au cours des 9 années écoulées, c'est ces milles rencontres avec ces gens simples, généreux et sincères qui m'ont fait aimer passionnément ce pays.
En plus de l'autre, la vibrante et la technologique, c'est tout simplement la Corée que je vous souhaite.

 

 

Posté par sunhae à 10:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 avril 2016

Mandibules en sauce et gratin d'antennes !

 

Grand évènement, le premier restaurant spécialisé petites bêtes qui rampent et qui volent vient d'ouvrir à Seoul !
Et c'est un carton, plein tous les jours ! Déjà complet pour les prochains mois !

Ainsi " la cuisine du papillon " à Jungu, propose toute une sélection de ce qui porte antennes et carapaces.

 

‘Papillon’s Kitchen’, the first insect restaurant in Korea, serves food made from insects such as grasshoppers and crickets. (Image : Yonhap)

Et pourquoi pas ?
Il faudra bien s'y faire, les accros de la côte de charolais comme les autres.
Dans 30 ans on y viendra tous par obligation selon tous les spécialistes en ressources naturelles, alors pourquoi pas prendre un peu d'avance ?

En sachant que 100 gr de sauterelles contiennent 70 gr de protéines contre 21 seulement pour 100 gr de boeuf.
Que ces 100 gr de sauterelles sont 2 fois moins caloriques que 100 gr de riz ou de haricots. (L'insecte c'est très riche sur le plan nutritionnel sans faire grossir !)
Que ça coûte des queues de cerises pour les élever. 
Et qu'il en va de même pour à peu près tous les insectes, ça fait regarder autrement le vermisseau non ?

‘Papillon’s Kitchen’, the first insect restaurant in Korea, serves food made from insects such as grasshoppers and crickets. (Image : Yonhap)

Si tous les carnivores de la terre substituaient quelques uns de leurs repas par de la bebette, on économiserait drastiquement sur la surface en terre, de l'eau et de l'energie pour les générations futures.
Et oui la fourmi n'a pas exactement les mêmes besoins qu'une vache !

Développer la consommation d'insectes c'est aussi combattre la sous-alimentation de millions de personnes qui auraient enfin quelque chose à se mettre dans les babines. Et c'est la possibilité de survivre aux famines. 

En plus c'est bon.

Je peux témoigner, la sauterelle grillée, le saviez-vous ? ça a exactement le même goût qu'une chips de pomme de terre avec un petit goût de noisette par dessus. Ya pire comme denrée... 

Et pour ceux que la vue du bestiau indispose, il reste les plats cuisinés à base d'insectes qu'on ne voit pas puisqu'ils sont présents dans la recette sous forme de poudre ou farine.

Vous la devineriez la poudre d'asticot là dedans ?

‘Papillon’s Kitchen’, the first insect restaurant in Korea, serves food made from insects such as grasshoppers and crickets. (Image : Yonhap)

 

En résumé, plus d'excuses pour ne pas béqueter de l'insecte de temps à autre !

(Crédits photos de cet article : Yonhap news et the Koreal Herald news)

 

Posté par sunhae à 04:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 mars 2016

Ce 6 éme livre si particulier...

Jeju encore et toujours.
L'île sud-coréenne où je vis.

livre_064

Mais en images cette fois, avec quelques commentaires en deux langues : Français et anglais.
(Merci à James mon mari britannique pour la relecture et la traduction).

La publication d'un nouveau livre est toujours une grande joie pour moi.
Joie de communiquer avec mes lecteurs autrement que sur l'espace virtuel qu'est ce blog.
Ce blog qui n'a jamais arrêter de gagner des lecteurs en 8 ans. Phénomène qui ne cesse de m'étonner.
Je n'aurrais jamais cru possible un tel impact. Encore moins envisagé la barre des 3000 lecteurs/jour franchie depuis quelques mois déjà.

On n'écrit jamais pour soi.
Alors merci d'une façon ou d'une autre d'avoir fait vivre la bouteille, de l'avoir lu, de l'avoir recommandé et de m'être fidèle, même quand je suis moins drôle et même quand mes photos sont moins belles.
Elle n'a de raison d'être que par l'intérêt que vous lui portez.
Elle ne vaut pas grand chose de plus qu'une étiquette de pot de moutarde sans ça.

Ce nouveau livre, intitulé très sobrement " Jeju " m'a permit de survivre.
2015 fut marquée pour moi par la catastrophe personnelle la plus dévastatrice qu'il m'est été donné de vivre.
J'y ai laissé parler les images avant tout, car pendant de longs mois, je n'ai plus été capable de m'exprimer avec des mots.

Cette connerie de citation dont j'ai oublié l'auteur, " Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort", est la plus monumentale inepstie qui soit.
On s'effrite un peu plus à chaque coup dur, et on s'effrite davantage quand le coup dur est sans précédent, on se désagrège de l'intérieur et on oublie jamais.
Mais cela ne signifie pas qu'on renonce.

Le prix à payer peut-être pour devenir plus humain et plus perméable à ce qui compte vraiment.
Le prix à payer en tout cas pour réaliser que rien n'est plus beau qu'une vie pleine à rabord d'emotions (n'en déplaise aux bouddhistes), et que le fait de faire vivre et s'épanouir sa passion est une obligation première.

Pour avoir un aperçu plus détaillé ou acheter mes livres, faites un copier/coller de cette adresse :

http://www.thebookedition.com/fr/recherche?controller=search&orderby=position&orderway=desc&search_query=barbara+cecchini-barker

 

Posté par sunhae à 12:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


26 janvier 2016

Des bulles à insomnie pour les ados !

On leur aura tout fait...

Voici donc en direct from sweet Korea (qui ne l'est plus vraiment quand il s'agit de ses mômes) :

Le chewing-gum qui les empêche de dormir !
Indications au dos du paquet : " Pour révisions avant les examens "...

20160122_073331

Je vous laisse apprécier le concept de cette cochonnerie à base de caféine et autres excitants cardiaques.
Ou comment doper les ados deja complètement exténués par le rythme scolaire infernal de ce pays..
Plutôt que les envoyer au lit, c'est vrai ça, bande de feignasses, on a qu'à les doper !!!

Certains s'etonneront après ça de l'effarant taux de suicide des moins de 20 ans (record mondial).
Causes principales avancées par le ministère de la santé : pression de la réussite scolaire combinée à une fatigue physique et morale excessive.

Ya pas à dire, ils sont pas aidés les jeunots par ici !

 

Posté par sunhae à 10:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 janvier 2016

Se cailler les miches pour la bonne cause !

 

En Corée, sur l'île de Jeju tous les 1 ers samedi de l'année, ça recommence !

Une bande de déjintés se lancent à l'eau sur la plage de Jungmun pour une trempette raffermissant et frigorifiante. Pour ceux qui savent pas ici c'est l'hiver et on a eu de la neige ces dernières semaines...

Découverte longtemps reportée, cette année je me devais d'aller voir ces dingos de plus près.

20160102_122259_147897

Comme disait Marilyn Monroe aux journalistes, le meilleur anti-âge c'est le bac à glaçons !
Elle qui sois-disant, se trempait le buste dans de la glace tous les jours pour retarder la chute de ses nénés...

Ici on adopte donc la méthode... mais 1 jour par an seulement !

Mamie, papy, et petits nenfants, séance d'echauffement obligatoire pour tout le monde et allez ouste tout le monde à l'eau.

20160102_122259_208036

 

Évidemment ils nous feraient ça en Sibérie ou sur le pôle au milieu des phoques, ça en jetterait un peu plus côté exploit.
Mais hein, bon, on fait ce qu'on peut...

L'évènement s'appele : " La nage des pingouins ".

Bon j'ai pas vu de pingoin, mais une sorte de lapin :

 

20160102_122216



Et des Monsieurs très en forme :

20160102_120348

En video !

 

Ils ont le coeur chaud ces coréens !

Après le coup de froid, repas offert sur la plage par les commerçants du village voisin.
Avis aux amateurs !

Posté par sunhae à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2015

Mon pizzaiolo, c'est pas du pipeau !

 

Si je disais que les meilleures pizzas de ma vie je les mange ici en Corée, y-aurait de quoi se demander si j'ai pas salement abusé du pinard, du soju et du piccantino, voir des 3 à la fois.

De quoi en somme faire faire des saltos à ma grand-mère dans sa tombe... Moi, dont le nom de famille signifie le nom de la monnaie florentine du 15 ème siècle.

20140315_190158

Mamas du Piemont, du Mezzo-giorno et de la Calabre réunies, allez toutes vous coucher ! Plus qu'à vous recycler dans la maçonnerie ou la philatélie.
Car ici se trouve une concurrence à faire frétiller menu le sac de farine moyen et bouillonner de plaisir votre coulis de tomate fait-maison sans colorants ni conservateurs.

Mais quoi qu'est-ce ? un coréen qui manierait le four à pain mieux que la plupart des restos ritalos, et même que moi-même (et c'est pas rien), qui me targue en une seule pizza de vous faire oublier à jamais la monstruosité du surgelé ?
(Quiconque n'a jamais goûté ma recette héritée de 10 générations dans l'excellence de la papille ne se rend pas compte du choc gustatif que cela représente.
J'en connais même un qui commence à baver des que je pré-chauffe le four, c'est dire.)

20140315_191707



Le fait est que c'est possible, faut dire que Le Monsieur a eu son diplôme de pizza-maker à Naples, ce qui est déjà encourageant au pays ou le standard pizzardisé, c'est du maïs bouilli, de la patate douce et des mayonnaises vertes ou violettes en guise de garniture...
Une abomination qui laisse, je vous le garantis, des séquelles à vie.

Alors donc " Golang Mulan " qui ne veut pas dire " La gondole joyeuse ", mais " Qu'est ce que c'est " en patois local est un antre tout ce qu'il y a de paradisiaque même sans les mandolines.

20151109_182057

D'abord il y a le Maestro, invariablement charmant, plus chaleureux qu'un personnage de Pagnol.
Et qui pourtant s'affaire tellement vite qu'on croit d'abord à la présence d'hologrammes, tant il est partout, en haut, en bas et au milieu !

20151109_181332

Le petit cadre tout mignon, aux allures de petit chalet suisse very romantico avec bougies et lumière tamisée chabada bada.
Le vin au verre (rare en Corée), un excellent Santa Rita chilien du meilleur goût.

20150629_180716


Le prix soft, car pour cette merveille c'est environ 16 euros la big (mais jamais assez big !) pizza pour 2 personnes.

Des salades à vous demander si vous avez pas la berlue car oui de la ricota faite-maison, et des blancs de poulet marinés au balsamique puis flambés à l'ail et aux champignons frais, servis sur le plus beau mesclun (un feu d'artifice de couleurs) qui soit, c'est plus rare que les étoiles filantes dans ce pays.
Et dire que pendant ce temps-la l'équivalent US, la " Caesar salad ", c'est des vieux bouts de poulet aux hormones bouillis et racornis sur un lit de verdure lavé au chlore, et badigeonnés de mayo saturée de trans-gras premier prix...

20140315_191439

Bref vous l'aurez compris, en cas de nostalgie de saveurs occidentales et de passage à Seogwipo, île de Jeju, c'est the place to be.

Pour y aller, fastoche c'est quartier Dong Hong Dong (comme ça se prononce), juste à côté du commissariat (police, comme ça se prononce).
Seuls les chauffeurs de taxi handicapés mentaux sévères ignorent cette adresse et ça fait pas beaucoup de monde.

Mon coup de coeur, la combinaison pizza 4 fromages avec ricota, edam, gorgonzola et comté + 1 salade au choix (toutes divines et assez copieuses pour 2) arrosé de santa Rita rouge (ya aussi du blanc).

20140315_191540

Allez-y les yeux fermés, vous n'aurez pas envie de les rouvrir tellement les saveurs vous feront rêver.

Ce pizzaiolo est un don du ciel.
Que les Dieux de la pizza le bénisse puisque les fées l'ont déjà fait.

 

Posté par sunhae à 10:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 novembre 2015

La photo qui tue numéro 24

 

Avant pour les vieux pantalons il y avait la poubelle ou la Croix rouge...

En Corée, on en fait des jardinières ! Ou comment recycler son vieux ben version écolo.
Ils nous auront tout fait...

20141004_164116

Posté par sunhae à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2015

Chu... quoi ?

 

 

Alors du 26 au 29 septembre prochain, ce sera Chuseok.
Et non c'est pas le nom d'une recette de cuisine.
Et pas le nom de baptême non plus de Bang Ki Moon.

20150918_173540

"The " fête du calendrier coréen évoquant la douce sérénité des retrouvailles familiales, la bonne bouffe et d'autres réjouissances dont l'énumération feraient ici exploser d'indigestion mon clavier Samsung.

Officiellement, Chuseok c'est la fête des moissons nous disent les léttrés. La grande fiesta familiale comparable à notre Noël gaulois arrosé non pas de Bordeaux millésimé mais de soju et d'autres breuvages exotiques au nom difficilement prononçable. 
Et que je t'en tartine 3 tonnes sur l'unité de la nation, les grandes retrouvailles fraternelles, les embrassades mouillées et le merveilleux lien filial qui unit tous les rejetons nationaux à leurs arbre généalogique et sacré.

Bref on en pleurerait d'émotion à se prosterner devant ces 2 syllabes intouchables.

Et se prosterner, c'est d'ailleurs ce qu'on fait littéralement au passage en allant montrer ses hommages sur la tombe des sacro-saints ancêtres du clan pendant ces jours de liesse. Les mêmes ancêtres dont on se fout éperdument au passage tout au long de l'année pour certains.

Chuseok Oblige.

Le tout entre 2 beuveries pour les hommes et 2 bassines de vaisselle pour les femmes. Charmant programme. 

20150124_124136

Parce que voila, il y a l'officieux.
Et comptez sur Tatie Barbara pour pas vous faire l'impasse la dessus.

Chuseok est probablement la festivité la plus sexiste et la plus machiste d'Asie du nord-est.
Ceci dans la directe lignée des préceptes de Confucius qui Hélas posa les bases de la société coréenne actuelle.
Lequel douteux personnage, Confucius, préconisait (petite parenthèse à l'adresse des ignardesques qui ne voient en lui qu'un très vieux sage chinois très très sage),

que l'on vénérât ses parents inconditionnellement même en cas de mauvais traitement ou d'inceste, et qu'on considérât la femme comme un animal dont le cerveau était constitué de la même matière que sa matrice (organes génitaux). Une chose inapte à l'intelligence, incapable de savoir, si ce n'est en terme de perversité, qu'il convenait de corriger régulièrement de ses affreux penchants naturels par les châtiments corporels répétés et l'humiliation.
Exactement la même théorie que nos physiciens (médecins) du moyen-âge ! 

Force est de constater que la Corée sur ce point précis de Chuseok y est un peu restée au Moyen-âge.
Et que oui moi, tout comme 99 % des femmes coréennes, je déteste Chuseok.

Imaginez une fête où l'homme ne fait grosso modo pas grand chose de plus pendant 3 jours que s'affaler sur ses coussins de sol pour se remplir la panse et se saouler avec tous les autres éléments mâles de la tribu.

Pendant que les femmes elles, levées aux aurores, cuisinent, servent ces Messieurs (sans manger avec eux), et puis supportent...

Supportent de ne pas être conviées à la fête, supportent l'agressivité liée à l'alcool, supportent d'être considérées comme des domestiques de l'ombre, juste bonnes à servir et à récurer.

Si vous aviez reçu autant de  confidences de coréennes que moi, expliquant qu'elles avaient passé 4 jours à pleurer et à supporter des réflexions vexantes, vous aussi vous n'aimeriez pas Chuseok.

20141010_183748

Cette fête fait de la femme coréenne une esclave moderne, elle lui fait faire un bond dans le temps, elle l'alliene à son statut passé d' inférieure, de quantité négligeable. De quoi ravir cette enclume de Confusius dans sa tombe.
Et bon nombre de femmes ont des insomnies à l'approche de ces jours sois-disant de fête.

Le pire est qu'on s'endette à tout va par dessus le marché, car oui Chuseok c'est aussi la fête du paraître. On s'endette car tous les prix deviennent délirants ! 

Voici les prix extraits d'un catalogue spécial Chuseok 2015 ...

150 euros pour 2 kgs de steaks !

20150918_173512

 50 euros les 3 kgs de poires !

20150918_173349

Et qu'on ne vienne pas me dire que l'occidental n'a pas le droit de critiquer.
A travers toute ces années je crois m'être imprégnée en profondeur de cette culture qui continue à m'enchanter. Je l'ai promotionné, aimé, faite connaître du mieux que j'ai pu. Et je continuerai.
Mais tout enchantement a ses failles. Et cela n'exclue pas d'avoir un cerveau et une sensibilité.
Aucune tradition n'est souhaitable si elle engendre la souffrance.

Évidemment il y a des exceptions. D'autant plus honorables qu'elles sont rares.
Je connais un Monsieur de 65 ans qui s'est fait une fierté d'aider les femmes en cuisine pour tous les Chuseok qu'il a connu.
Il m'a dit un jour qu'ils avaient trop vu les femmes de sa famille pleurer tous les ans et craquer nerveusement pour accepter que la mère de ses 2 beaux enfants connaisse le même sort.

Et puis la jeune génération qui voit les choses autrement et c'est heureux.

Alors si par hasard, vous aviez une connaissance ou une amie coréenne, faites moi plaisir, les 26, 27, 28 ou 29 septembre prochain, invitez-la à dîner, au restaurant ou à la maison peu importe, et dites lui que pour Chuseok 2015, elle ne sera la bonne de personne.
Vous pouvez être surs qu'elle comprendra le sens de ces paroles, foi de Barbara. 

 

Posté par sunhae à 10:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]