Il était une fois Gregory, un chef français de Seoul qui l'avait bien compris...

On a beau comme moi avoir des envies récurrentes de gamjatang (pot-au-feu de porc aux pommes de terre), des fantasmes aigus d'aejanguk (Souple de viande aux légumes) et vouloir se pendre pour un bon barbecue local ou un divin Samgyetan (poulet farci au riz et au ginseng),
Qu'on se le dise, le frenchie  expatriée loin de sa contrée reste ce qu'il est, un amoureux raide dingo du comestible gaulois.

(Non vous n'êtes pas chez Mamie Zezette, ici c'est " L'Empreinte "...)

23845773_10204071494423257_2246845361370094876_o

Gregory le sait bien lui, il n'y a qu'à faire cette expérience simple et cruelle :
Prenez en une bonne brochette de ces expats en pleine désolation culinaire et évoquez leur la bonne mangeaille de l'hexagone...
Nostalgiques comme des femmes de marin, ils se mettront probablement à rêver la larme à l'oeil.

C'est pas la dépression, c'est l'appel violent de la bonne ragougnasse et du bon glouglou de chez nous.
C'est pas un manque de vitamines ni d'oligo-éléments, c'est l'évocation douloureuse de..

Presque toute la carte AOC des fromages de France, du confit, des terrines, des magrets, de la glace au caramel et à la fleur de sel, des soles meunières, des langoustines, du vin de Tourraine, du Buzet, du Muscadet, du Chablis, du Bourgueil, du Bordeaux, du Médoc, du pinot noir, de la moutarde fine, du Pineau des Charentes, de la brandade, de la sauce au roquefort, du jambon de Parme, de l'aligot, de l'armagnac et du fraisier !

(Canard sauce porto et griottes, gratin dauphinois et endive (introuvable) braisée. Parce que oui mes petits lapins, pour en trouver des endives en Corée, vaut mieux se lever tôt, voir pas se coucher du tout...)

23783556_10204071457902344_1727304566978133956_o

Oui un beau jour, c'est inévitable, le gaulois souffre.
(Je connais même des désespérés qui vont jusqu'à afficher des photos de bourguignons sur leur frigo, juste pour pas oublier.)

Alors voilà donc un restaurant qui se chargera mieux que 3 pilules de xanax de vous remettre du baume à l'âme et au tube digestif.
Car oui Gregory Defraize, en son royaume nommé " L'Empreinte ", est un anti-dépresseur à lui tout seul.
Le risque d'addicton est réel, vous pendrez probablement 500 gr de plus sur chaque fesse à chaque fois que vous irez manger chez lui.
Mais foi de Barbara, ce sera certainement le kilo du bonheur.

De ses montagnes vosgiennes, Gregory a gardé cette convivialité toute simple des gens du froid qui savent vous réchauffer d'un regard.
On sent de la rigueur et du perfectionnisme chez lui aussi, acquits par plusieurs années de très dur labeur au Japon et dans les plus grands hôtels de Seoul. 

(Opéra au chocolat et à la charteuse. ça, même Mamie Zezette, elle sait pas faire.)

23737774_10204071458422357_7032341522063187337_o

Parce que " L'Empreinte ",  avant que votre assiette soit propulsée sous votre bec en train de baver, c'est déjà une atmosphère particulière.
Et un accueil qui vous donnera l'illusion que vous êtes Toutankhamon en personne, échappé de sa pyramide...

Gregory et son rayon de soleil en forme d'épouse vous y accueillent comme si ils vous attendaient depuis 10 ans.
Et tiens Yunjin, la jolie épouse coréenne, parlons en justement. 1 m 50 de dynamisme dédié à votre bon plaisir. 
Il faut dire que la dame est devenue sommelière après avoir fait des études de philosophie à Genève. 
Vins et littérature, joli mélange pour cette française de coeur.
Ben oui on n'est pas dans le " bar à Neuneu " à " L' Empreinte "...

De telles aptitudes humaines sans lesquelles le meilleur chef du monde demeurera toujours un technicien ne s'enseigne pas à l'école hôtelière. Il faut avoir ça dans le sang.
Gregory et Yunjin ont du être transfusés à ça : l'envie de créer des petits moments de bonheur autour d'eux. 

(Ils ont une bonne tête, non ?)

23826197_10204071495503284_5201504571913830774_o

En 10 ans de vie en Corée, j'en ai testé des restaus français, et parmi eux surtout beaucoup de pseudo-français, voir des qui feraient mieux d'aller se cacher sur la planète mars plutôt que de servir les denrées immondes qu'ils nous collent dans le groin.
A vous faire crever de honte quand vous y invitez des amis coréens...
Mais " L'Empreinte"  vraiment, en métro ou à dos de chameau, de passage à Seoul ou par simple nostalgie culinaire, il faut y aller.

(Coin salon, manque plus que l'armagmac !)

23847460_10204071459342380_5476956924047762233_o

Gregory définit sa cuisine comme de la cuisine de bistrot. Il est modeste comme tous les gens talentueux.
Car laissez moi vous dire que le jour ou les brasseries parisiennes nous tomberont de telles assiettes les poules auront des dents.
La cuisine de Gregory n'est pas une cuisine de bistrot, c'est une cuisine créative, de terroir et gastronomique à la fois, c'est des assiettes superbement travaillées au niveau du visuel.
Le tout à l'art de vous kidnapper les papilles pour vous les restituer complètement comblées.

On sent le travail. la passion au détour de chaque détail, de la salle très stylée à l'acove romantique des fumeurs, de l'étagère des alcools macérés (faits-maison, un délice !) à la cuisine ouverte, tout respire le vrai, le sans chichis, le beau et le bon.

(La table fumeur, oui on sait c'est pas bien...)

23825971_10204071494863268_4864938077828938078_o

La cuisine de Gregory, c'est avant tout une cuisine qui vous donne envie d'être là et d'y rester parce que vous y êtes bien et puis de revenir.
Oui décidément on est à des années lumières de l'assiette de comptoir du " bar à Lulu ", vous savez juste à côté du Ricard et du poivrot qui rote...

Et félicitations au passage à toute son équipe, douce et discrète, et particulièrement à son second qui se donne beaucoup de mal, je le sais pour remplir les exigences légitimes du maître de maison.

Pas étonnant qu'il est été contacté par l'institution des " Maîtres restaurateurs français " pour devenir le représentant du label en Corée !
Car bien évidemment tout est fait-maison à " L'empreinte ".

(Orgasmique !)

23737920_10204071457222327_5916443737752033082_o

Gregory Defraize est aussi un peu magicien.
Il n'y a pas d'autre explication puisque qu'il est capable de faire apparaître des lapins dans ses cassolettes (impensable et surtout introuvable en Corée !), et même, oui même, des escargots et des tripes !
Et puis sa magie sait se faire d'un autre ordre aussi :
Lui et Yujin, vous propulsent en France comme personne. Mieux que le chronopost express !
Car ça y est vous y êtes, il y a l'humour, il y a les belles photos noir et blanc qui rappelle le pays, il y a les pâtisseries bien de chez nous en exposition. 
Et même la possibilité d'acheter quelques raretés comme du fromage de chèvre et un peu de charcuterie. 
Gregory, on t'aime !

(Ah ben là on a même pas pu attendre pour prendre la photo. Mamie Zezette accroches-toi à tes gamelles, t'as de la concurrence !)

23800189_10204071493383231_2511029111326809895_o

De plus, la carte des vins est impressionnante. Ni prétentieuse ni inaccessible au niveau tarif, elle est avant tout très variée et possède un avantage rare :
Un choix de vins au verre y est proposé à partir de 3 euros, ce qui pour la Corée est exceptionnel.
(Allez-y, chercher bien ailleurs la même chose ici, vous m'en direz des nouvelles !)

Alors bien sur on va me dire que ça doit être être un chouia plus onéreux d'aller festoyer chez Grego que de s'envoyer un jambon-beurre que de toute façon on ne trouve pas ici.
il faut compter 50 euros /pers (soient 7 Macdos !) pour un menu complet accompagné de vin. Ce qui n'est vraiment pas volé si on tient compte des produits introuvables que Gregory fait chanter au dessus de ses marmites.

Et pour les petits budgets, reste le croque-monsieur maison à 12 euros ! (pain de campagne, béchamel enrichie à la moutarde, frites et salade). Ben oui c'est la crise ou c'est pas la crise ?

De quoi nous changer, question croque du magma indigeste que nous servent certaines boulangeries locales. Une vraie torture du moyen-âge à vous faire pleurer le pancréas et tous les organes adjacents.

23826084_10204071494223252_6750730289798695641_o

Si l'objectif de " l'Empreinte" est de laisser la sienne dans nos gosiers, qu'elle soit rassurée, des papilles normalement constituées ne peuvent qu'en redemander.
Les autres n'ont qu'à aller se goinfrer (et s'intoxiquer) au Macdo.

Amis du bon vivre, Foncez !

Restaurant "L'Empreinte "
Tel : 02 3144 2501
empreinte.bistro@gmail.com
Accès métro ligne 2, station : Hong-ik, sortie 3
Seoul

Note de l'auteur :

Cet article n'est pas une publicité. Il n'a pas été écrit en échange de réductions.
Je n'ai jamais et n'ecrirai jamais sur commande sur ce blog ou dans mes livres. 
C'est le résultat d'un vrai coup de coeur, que j'ai jugé utile de partager pour tous les amoureux de la cuisine française, résidants ou de passage à Seoul. 
Allez-y et vous comprendrez, carpe diem !