Ah je sais bien que ça va laisser une tripotée de mes lecteurs chéris sur leurs fondements.
(Mettez donc un coussin dessous, ça fera moins mal !)

Ami lecteur, toi qui pensait comme beaucoup de coréens que Barbara était chevillée à son île de Jejudo telle l'abalone à l'île du même nom, tu te plantais grave.

Le 26 septembre dernier, moi, ma perle de mari et nos 95 kilos de bagages, on s'est donc envolé vers :
- Une nouvelle province
- Une nouvelle vie
- De nouveaux horizons et en gros, un nouveau tout.

Évidemment si on avait du quitter ça  :

Image result for google image jejudo free license

Pour ça :

 

Image result for google image ghetto seoul free license

Nous aurions été un chouïa contrariés.

Le fait est qu'on a fait le choix du Gangwondo.
En haut a gauche :


Image result for google image free license chiaksan gangneung

 

Et le Gangwondo ça ressemble plutôt à ça :

Image result for google image free license danyang korea

(Danyang)

Image result for google image free license pic seoraksan

(Parc national de Seoraksan)

Image result for google image free license chiaksan

(Parc national de Chiaksan)

Image result for google image free license gyeongpo pic

(Plage de Gyeongpo, Gangneung)

Image result for google image free license gangwondo national parc

(Parc national de Seoraksan)

Image result for google image free license gangneung pic

(Gangneung)

Changement total et radical de tout.
Après Jejudo, on ne pouvait pas faire plus opposé in Korea.
Et non c'est pas parce que les prochains JO d'hiver auront lieu tout près en 2018 !

Mais pourquoi ?
Après Jeju si belle, si exotique mais si tristement envahie par le consumérisme et les constructions touristiques devenues folles, envie de retrouver la Corée qui nous a ensorcelle il y a 10 ans. 

Important :

Attention je ne suis pas en train de dire que Jeju ne doit plus faire partie de votre découverte du pays.
Les paysages somptueux de cette île, sa richesse, sa culture, sa singularité, et le fait qu'elle fasse partie des 7 nouvelles merveilles du monde élues  en 2011 en font forcement un must.
Mais moi qui connaît ce bout de terre comme ma poche, avec le temps, j'y ai constaté des changements gros comme des camions.
8 ans de résidence ça laisse du temps pour s'apercevoir en gros que cette merveille insulaire, ce " para'île " est en train de se tirer une balle dans le pieds.
Il faut être résident pour voir les choses ainsi. Les voyageurs eux continueront à s'y pâmer de bonheur et c'est très bien comme ça.

Image result for google image free license pic wonju

(Wonju)

Alors la vraie Corée justement, c'est quoi pour moi ?, me demanderons mes petits lapins lecteurs, ceux qui sont en train de trépigner sur place...
C'est assez simple.
C'est la Corée du paradoxe mégalopoles futuristes et nature à profusion.
Et celui de la modernité et de l'attachement à ses traditions ancestrales.
Les pieds au moyen-âge et la tête dans le 3 ème millénaire, voila comment je définis souvent ce pays.
Et voila ce qui le rend si unique et attachant.

C'est la Corée des parcs nationaux donc, avec des paysages qui semblent  avoir raflé tous les prix de beauté à la naissance.
C'est une grande ville toujours à proximité pour un plein de shopping en tout genre.
C'est la Corée des rencontres magiques, des milles instants improbables où l'autoctone vous ouvrira son coeur en oubliant toujours de le refermer.
C'est la Corée qui vous fera pleurer en la quittant.

Image result for google image free license gangwondo korea

(Temple de Naksan, près de Sokcho)

Pour toutes ces raisons je ne serai plus guide à Jeju mais dans le Gangwondo, terre, parait-il, à plus forte concentration de sourires au mètre carré du pays.
Contrée de parcs nationaux, de villes côtières charmantes telle que Gangneung...
Et celle des marchés ou vous aurez envie de passer 3 jours. 

Le Gangwondo, c'est un cocktail montagnes, mer, lacs et villes si savamment dosé qu'on pourrait presque le faire figurer sur le drapeau du pays.
Et c'est ici que notre coeur a eu envie de se poser.